Mairie de Nantes : l'école de la deuxième chance

Envoyer Imprimer
Partager

Offrant aux jeunes sans diplôme ou qualification un nouveau départ, l'École de la deuxième chance (E2C) de Nantes accueillera sa première cohorte étudiante à l'automne prochain.

 

Johanna Roland, adjointe au maire de Nantes, fait le point sur cette nouvelle initiative.

                                           Pourquoi développer un tel établissement ?


johanne-rolland---Juin-2010

 

Pourquoi développer un tel établissement ?

 

Il nous semble qu’il manquait un maillon pour les jeunes de 18 à 25 ans qui n’ont pas trouvé leur place dans le système éducatif.

 

Nous pensons qu’il faut innover pour rallier ces jeunes.

C’est pourquoi nous avons travaillé à fédérer plusieurs acteurs de différents milieux autour de cette école de la deuxième chance.


 

Quels sont ces acteurs et comment pourront-ils aider les jeunes ?


Premièrement, nous avons approché les entreprises. Celles-ci ont des responsabilités et doivent construire ce projet avec nous, notamment en offrant des lieux de stages.

 

Deuxièmement, nous avons pris contact avec plusieurs acteurs qui ne sont pas dans le monde de l’éducation, comme un entraîneur de club de boxe ou un responsable d’association musicale de rap ou de jazz. Ces personnes sont ancrées dans leur quartier et savent comment rejoindre les jeunes.

 

Finalement, nous avons fait appel à des professionnels de la pédagogie qui réfléchissent avec nous sur les projets à développer.

 

 

À quoi ressemble une année d’étude à l’E2C ?


Chaque élève a un parcours individualisé qui durera en moyenne 11 mois, à raison de 35 heures par semaine.

 

Les étudiants alternent les cours magistraux à l’école et les stages en entreprise. Tous les types de métiers seront enseignés.

Nous nous attendons à accueillir une centaine de jeunes à l’automne.