Etudier à l'étranger après le BAC

Envoyer Imprimer
Index de l'article
Etudier à l'étranger après le BAC
Pourquoi étudier à l'étranger
Partir à l'étranger : les conseils
Toutes les pages
Partager

"pour partir étudier à l'étranger, il faut y penser relativement tôt dans l’année, pour laisser le projet mûrir. Ensuite, il s’agit de se renseigner sur la ville, les logements offerts, les moyens de transport, le coût de la vie"

 

A peine l'année universitaire s'achève-t-elle, que certains étudiants pensent déjà à préparer la rentrée prochaine.

Pas très étonnant puisqu'ils ont décidé de passer une année d'études à l'étranger, et cela ne s'improvise pas à la dernière minute !

Faire ses études à l'étranger, à en croire le nombre d'étudiants que nous avons interrogés, c'est un projet que beaucoup envisagent sans forcément le réaliser pour autant.

 

Du coup, nous sommes allés interroger trois étudiantes du grand ouest, qui ont toutes décidé de partir étudier un an à l'étranger.

Comment se déroule une année d'immersion à l'étranger ? Est-il difficile de préparer son départ et quelles sont les difficultés rencontrées une fois sur place ?  

Est-on loin du tableau dressé par Cédric Klapisch avec son "Auberge Espagnole" sortie il y a déjà presque 10 ans. A l'époque le nombre de demandes d'échanges Erasmus avaient explosé.

Qu'est-ce qui motive les étudiants à partir à l'étranger : les études ? l'expérience sur le CV ? faire la fête ?

Sans doute les trois, mais afin d'y voir plus clair l'équipe de biensorienter.com vous propose un petit tour d'horizon européen des échanges erasmus avec Samantha qui est partie étudier aux Pays-Bas, Yolaine qui est allée faire son année d'études en Turquie, et enfin Marine qui a choisi l'Allemagne comme destination d'accueil pour son année universitaire.

 

 

- Bonjour à toutes les trois, pourriez-vous vous présenter et nous expliquer quel a été votre parcours scolaire jusqu'à présent ?

 

  • Marine : etudier_a_letranger_allemagne

A la suite d’un bac S, j’ai poursuivi mes études en IUT GEA, à Rennes.

 

Après l’obtention de ce diplôme, j’ai intégré la licence 3 « Mention Sciences de Gestion », de l’IAE-IEMN de Nantes.

 

J’ai ensuite choisi d’effectuer mon M1 (master 1) « Mention Sciences de Gestion » à la Fachhochschule de Düsseldorf grâce au programme d’échange Erasmus.

 

Dans le cadre de ma dernière année d’études (en master 2) je souhaiterais me spécialiser en Marketing et ainsi pouvoir ensuite travailler dans ce domaine.

 

  • Yolaine :etudier_a_letranger_turquie

Je suis issue d’une filière ES et j’ai ensuite suivi des cours à la fac d’économie et de gestion de Nantes. 

 

En 3ème année de Licence je suis entrée en MSG qui est une filière sélective davantage portée sur la gestion. Cette formation se déroule en 2 ans puisqu'elle permet d'obtenir une L3 et un M1.

 

C'est durant mon premier semestre de master 1, dans le cadre du programme d'échanges Erasmus, que je suis partie à l'université d'Istanbul car je souhaitais internationaliser mon parcours.

 

A l'issue de ce master 1 MSG, je souhaiterais m’orienter vers un master 2 RH, pour ensuite me destiner à un métier dans le conseil en organisation ou bien au sein d'un cabinet de recrutement.

 

  • Samantha :etudier_a_letranger_hollande

En ce qui me concerne, j’ai aussi passé un Bac ES à la suite duquel  je me suis orientée vers un DUT Techniques de Commercialisation. Durant celui-ci  j’ai réalisé un stage de 5 semaines en Angleterre.

 

Après mon IUT il y a 1 an, je me suis inscrite en Licence MSG à l’IAE de Nantes.

 

Cette année, j'ai décidé de poursuivre la MSG en master 1 à l'université de Rotterdam et je me destine aux métiers du marketing du service.

 

 

 

- Comment et quand avez-vous découvert les possibilités d’échanges que permet ERASMUS en Europe ?


  • Marine :  c'est durant une journée banalisée, lorsque j'étais en première année d'IUT, que l'on nous a présenté ERASMUS.

 

  • Yolaine : de mon côté, j'en ai entendu parler en 2ème année de Licence car des présentations étaient faites sur les départs à l’étranger au sein de l'université.

 

  • Samantha : en ce qui me concerne, j’étais déjà très intéressée par les échanges et les voyages. Une fois en L3 MSG, je me suis donc informée des possibilités pour partir à l’étranger, notamment avec le bureau des relations internationales à l’IAE. Je m'y suis intéressée via un site internet regroupant les destinations et descriptions liées à ma composante (gestion et management).



- Qu’est-ce qui vous a donné envie de suivre une partie de votre parcours universitaire à l’étranger ? Quelles étaient vos attentes ?

 

  • Marine : étudier un an à l’étranger est un formidable atout pour valoriser un CV. De plus en plus d’étudiants effectuent une partie de leur cursus universitaire à l’étranger, et j’ai voulu moi aussi saisir cette opportunité offerte par l’université. Concernant mes attentes, je souhaitais en tout premier lieu améliorer mon niveau en langue, tout en vivant de nouvelles expériences. Je souhaitais également établir des contacts en vue d’effectuer mon stage de M2 à l’étranger.

 

  • Yolaine : en 3e année, certains étudiants étaient déjà revenus de semestres à l’étranger, et leurs témoignages donnaient vraiment envie : découverte, liberté, nouvelles cultures et habitudes… Je me suis dit que c’était ce que j’avais envie de connaître. Une telle expérience est effectivement un plus sur un CV, je voulais avoir un "plus" par rapport aux autres élèves de la fac. D'un point de vue plus personnel, j’avais aussi besoin de connaître d’autres choses, autres que ma vie étudiante à Nantes, j’avais vraiment besoin d’être davantage indépendante. Et puis, j’aime l’aventure, partir découvrir un nouveau pays était pour moi une occasion à ne pas rater.

 

  • Samantha : avant tout, je voulais améliorer mon anglais, compétence indispensable dans le marketing. Mais je voulais aussi me tester, savoir si j’étais capable d’entreprendre un voyage, de m’adapter à la culture d’un pays. Du point de vue de l'enseignement, j'avais envie de découvrir d’autres méthodes, différentes de la méthode française. Et pour moi aussi, une de mes motivations était de booster mon CV et de mettre en avant mon ouverture d’esprit ... et vivre tout simplement une expérience à l’international avec d’autres jeunes européens et découvrir une autre manière de vivre.