Faut-il continuer ses études après le BAC ?

Envoyer Imprimer
Partager

Orientation post bac : est-il nécessaire de faire des études après le bac pour réussir sa vie professionnelle ?



etudiants-big


La réponse est assez simple : à part faire ses études dans des filières professionnalisantes (BEP, CAP, Bac Pro) durant le secondaire  il est devenu quasi-indispensable de suivre un cursus d’études supérieures afin de trouver un emploi par la suite.

 

Démystifier le bac + 5


Néanmoins cela ne veut pas dire qu’il faille à tout prix obtenir le fameux bac + 5 pour trouver du travail, cela n’est pas vrai.

Tout dépend du métier que l’on vise et du secteur d’activité dont il dépend. Notons que tous les jeunes ne sont pas disposés pour faire de longues études.


A ce propos, il est important de rappeler aux parents et à leurs enfants, que la confiance en soi et la motivation sont de véritables moteurs de réussite pour les jeunes.

C’est la raison pour laquelle il faut placer son enfant dans un contexte favorisant sa réussite plutôt que vouloir tout miser sur le prestige de telle ou telle formation au risque de le dégoûter des études.


Nombreux sont les exemples de parents qui influencent plus ou moins consciemment leurs enfants à faire les mêmes études qu’eux ou à faire telle ou telle école sous prétexte qu’elle est prestigieuse. Comme le disait Voltaire « le mieux est l’ennemi du bien ».

Il faut donc faire attention aux classements ou au prestige des écoles pour faire son choix d’orientation. Dans certains cas, ce sont des indicateurs pour faire un choix mais cela n’est pas suffisant.


Ne pas oublier à quoi servent les études supérieures


Les étudiants ont tendance à oublier que faire des études, c’est avant tout se former pour trouver du travail dans une entreprise et y être opérationnel.

 

Lorsqu’on est encore jeune, et c’est normal, on a tendance à faire un choix d’études supérieures en fonction uniquement de ses affinités, voir à l’extrême, en fonction de ses lubies.


N’avez-vous jamais entendu des parents dirent «  il aime dessiner, il est très doué, il veut faire arts plastiques ou architecte» ou alors « il a une très bonne répartie à l’oral, il devrait faire droit pour être avocat »….

 

Bref, beaucoup de clichés qui amènent la plupart du temps à de mauvaises orientations en études supérieures, pour preuve les statistiques du ministère et de L’Etudiant


  • 83 % des terminales obtiennent le BAC mais 1/3 échouent en 1ère année d'études supérieures ! (source ministère de l'enseignement supérieur)
  • A l'université, seulement 47,5 % des étudiants passent en 2ème année, 30 % redoublent, 16,5 % se réorientent et 6 % arrêtent leurs études (source L'Etudiant)

 

Attention ! Faire des études supérieures c’est se donner des outils pour la suite de son parcours (professionnel).
Il faut naturellement qu’il y ait des affinités avec les études choisies, c’est une raison nécessaire mais pas suffisante.


Le point de vue des recruteurs

 

En fonction du métier que l’on voudra exercer, il n’est pas nécessaire d’être surdiplômé.

Par exemple les établissements bancaires recrutent chaque année des milliers de jeunes, dont la majorité n’ont pas BAC + 5 mais plutôt des formations en gestion ou en technique de commercialisation à BAC + 2 ou 3.

 

Les critères de recrutement diffèrent énormément d’un type d’entreprise à l’autre :

 

  • Par exemple les grands groupes disposent de véritables procédures RH, de grilles de salaires, de techniques de recrutement, etc .. là où des PME vont être plus souples dans leurs méthodes de recrutement.
  • Certains recruteurs vont s'intéresser davantage à la qualité des diplômes plutôt qu'au niveau d'études obtenu.Dans ce cas il vaut mieux avoir obtenu un bon BAC + 2 ou 3 (DUT, BTS, Licence, .) plutôt qu'avoir un BAC + 5 mal côté ou peu reconnu. Cela peut même se vérifier lors du recrutement, avec des BAC +5 rémunérés autant que des BAC + 2 mieux reconnus ou plus opérationnels.
  • D'autres recruteurs vont quant à eux se focaliser sur l'expérience professionnelle et aux stages effectués plutôt que sur les diplômes.
  • Pour toutes ces raisons, il est important d’aborder le passage aux études supérieures avec lucidité, en pensant déjà au monde du travail.