MÉTIER : LINGUISTE D’ECOUTE

Envoyer Imprimer
Index de l'article
MÉTIER : LINGUISTE D’ECOUTE
Témoignage de Natacha
Toutes les pages
Partager

 

Fonction : renseignement

 

Secteur d’activité : militaire

LOGO_ARMEE_DE_TERRE

 

Niveau d’études requis : baccalauréat

 

Diplômes requis : baccalauréat ou diplôme de niveau équivalent

 

Expérience souhaitée : maitrise de langues étrangères

 

Salaire à l’embauche : 1200 € mensuels nets pour un sergent, 2000 € mensuels nets pour un major. Primes lors des opérations extérieures

 

Nombre de postes proposés dans l’entreprise : non communiqué

 

Présentation du métier, les missions et activités :

 

Chargé d'intercepter, de suivre et de traduire les réseaux radio, le linguiste d'écoute travaille en langue étrangère. En collaboration avec les analystes, il doit pouvoir trier les informations et rendre compte rapidement de tout événement important.

 

Qualités humaines requises : concentration, capacités d’analyse, ouverture aux autres cultures, ténacité.

 

Formation militaire :

 

La formation du futur linguiste d'écoute se déroule sur huit mois à l'ENSOA, L’Ecole nationale des sous-officiers d'active, de Saint-Maixent. L'ENSOA est avant tout une école de formation au commandement où l’on acquiert savoir-faire, savoir-être et savoir-agir. Le programme est organisé autour de cinq composantes : formation académique, comportement militaire, missions opérationnelles, entrainement physique militaire et sportif, et enfin management au sein d’une unité élémentaire. A l'issue, le jeune sous-officier quitte l'Ecole avec le grade de sergent. En fonction de son classement final, il est affecté dans un régiment et se perfectionne dans son domaine d'emploi. La formation de spécialité du linguiste d'écoute se déroule au Centre de Formation Interarmées au Renseignement de Strasbourg (CFIAR) sur une durée minimale de deux ans.

 

Compétences acquises :

 

Le linguiste d'écoute bénéficie d'une formation continue qui lui permet de s'investir dans un projet de carrière en fonction de ses goûts et aptitudes. II aura entre autres la possibilité de devenir traducteur, de servir dans des unités spécialisées comme l'Unité Française de Vérification (UFV) ou en ambassade. Les diplômes de linguistes militaires de deuxième niveau sont enregistrés au Registre National des Certifications Professionnelles (RNCP) et ouvrent la possibilité de s'inscrire en deuxième année universitaire. Enfin, le linguiste peut s'il le souhaite présenter des concours pour devenir officier. Tout sous-officier ayant au moins cinq ans de service peut en outre bénéficier de dispositifs d'aide à la reconversion.

 

Lire le témoignage de Natacha