By PLAVEB
illustration

Choisir un BAC STI2D (STI)

Envoyer Imprimer
Partager

"en fin de BEP électronique, je pouvais m’orienter vers un BAC professionnel ou un BAC STI.

Mon envie de me laisser les portes ouvertes pour trouver un secteur d’activité et un métier qui me plaisaient m’a poussé à continuer les études en STI"


jocelyn_niget_bac_sti2d_sti

 

Dès la rentrée prochaine, la réforme des bacs technologiques plus familièrement appelés "bacs technos", prend effet en classe de première.

 

Celle-ci s'appliquera aux séries technologiques STI et STL qui ont été rénovées pour plus de lisibilité et faciliter la poursuite d'études dans l'enseignement supérieur. 

 

 

Ainsi, l'ancien BAC STI se verra remplacé par deux nouvelles séries : 

 

- le baccalauréat sciences et technologies de l’industrie et du développement durable (BAC STI2D)

 

- le baccalauréat sciences et technologies du design et des arts appliqués (BAC STD2A).

 

S'agissant du BAC STI2D, quatre spécialités seront proposées :

 

  • architecture et construction
  • énergies et environnement
  • système d’information et numérique
  • innovation technologique et éco-conception

 

Le BAC STD2A, Sciences et technologies du design et des arts appliqués, devient quant à lui l'équivalent de l'ancienne spécialité Arts Appliqués du BAC STI.

 

Chez biensorienter.com, nous n'avons pas voulu détailler davantage cette réforme et ses effets (vous trouverez une présentation parfaitement détaillée sur le site du ministère en cliquant ici).

En revanche, nous nous sommes intéressés au parcours et aux choix d'orientation d'un titulaire du BAC STI.

A l'époque, pourquoi a-t-il  choisi cette série de BAC ? Qu'avait-il fait comme études avant de rentrer dans cette série ? Qu'a-t-il fait comme choix d'études supérieures à l'issue de son BAC STI ? Pourquoi ?

Bref, de nombreuses questions que Jocelyn Niget, développeur de l'innovation à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Deux-Sèvres, n'a pas laissé sans réponse.

 

- Bonjour Jocelyn, pourrais-tu nous en dire plus sur ton parcours scolaire ? Quels ont été tes choix d'orientation ?

 

Mon parcours scolaire est pour le moins atypique : dès la fin de 5ème j’étais en rupture avec le système scolaire traditionnel, totalement désinvesti et avec une attention en perte de vitesse. Grâce à la lucidité de mes parents face à cet échec, j’ai été réorienté vers une 4ème technologique. Là, j’ai réussi à me re-familiariser avec une autre méthode d’apprentissage, conjuguant théorie et pratique.

Dans un premier temps, j’ai pu poursuivre ma scolarité jusqu’en BTS (BAC + 2) en me maintenant à niveau, en passant par un BEP et une Terminale STI, spécialité électronique. A l'époque, ne sachant pas vraiment quelle orientation prendre, quel futur métier choisir, n'ayant pas de but précis, j’ai opté pour cette série de BAC STI car elle m’offrait un niveau de compétences suffisant pour rebondir sur une autre formation.

Par la suite, j'ai ainsi pu rebondir et obtenir mon BTS, puis une licence professionnelle et enfin un Master 2 (Bac +5).


En définitive, ma réorientation en 4ème m’a sans doute permis d’effectuer des études longues et d’éviter un parcours plus chaotique.

 

 

- Pourrais-tu nous expliquer plus précisément pourquoi tu as choisi le BAC STI (STI2D à la rentrée 2011 en première) ?

 

Mon choix d’orientation vers un BAC STI était clair : en fin de BEP électronique, je pouvais m’orienter vers un BAC professionnel ou un BAC STI.

Mon envie de me laisser les portes ouvertes pour trouver un secteur d’activité et un métier qui me plaisaient m’a poussé à continuer les études en STI, dans l’optique d’acquérir un niveau de qualification me permettant de rebondir plus facilement vers une autre formation post bac.

 

 

- Ton parcours scolaire est effectivement atypique, pourrais-tu nous expliquer comment se sont faits tes choix d’orientation jusqu’à BAC + 5 ?

 

Dans un premier temps, mes choix étaient surtout guidés par le fait que je ne voulais pas me fermer de portes. Du coup, à l'issue de mon BAC STI, j’ai décidé de faire un BTS électronique, d'une part car c’était ma formation d’origine et d'autre part car elle me permettait de poursuivre mes études. A la suite de mon BTS, ne sachant toujours pas vers quel métier me diriger (mais sachant clairement ceux que je ne voulais pas faire), j'ai intégré en alternance une licence spécialisée dans les métiers du e-Learning.

Même si celle-ci m’a permis d’avoir un avant-goût du monde de l’entreprise, je n’ai pas souhaité continuer dans cette voie et chercher tout de suite un emploi, sans doute par peur de m’ennuyer ou bien par peur du monde professionnel. C'est de cette façon que je suis allé jusqu'en Master, pour pouvoir me laisser le temps de choisir un métier susceptible de me plaire.

 

 

- Comment as-tu fait pour choisir ces différentes filières tout au long de ta scolarité ?

 

J’ai choisi mes différentes orientations en fonction des intérêts que je portais sur tel ou tel sujet à un moment précis de ma vie. Mes recherches sur internet m’ont permis d’identifier des formations potentiellement intéressantes, et au final, je suis plutôt satisfait de mon parcours qui m’a permis de faire l’apprentissage qui me plaisait.

Le seul regret que je pourrais avoir, c'est de ne pas avoir tenté d’aller à l’étranger, notamment pour travailler mon anglais.

 


- Que penses-tu avoir appris de plus comparativement aux étudiants qui ont eu un parcours plus classique ?

 

Par rapport à un étudiant qui aurait effectué un parcours classique, je pense avoir eu nettement plus d’expériences professionnelles car depuis ma 3ème j’ai dû effectuer quasiment 30 mois de stage en entreprise.

De plus, la culture technique acquise au cours de mes formations et en entreprise m’a permis de m’adapter très facilement.

Et chose importante à mon sens, le fait d'avoir été très tôt confronté à la problématique d’un choix de métier m’a permis d’appréhender l’avenir en étant acteur de mes choix d’orientation.

 

 

- Durant tes études supérieures, notamment après ton BTS, quel était le parcours des autres étudiants de tes promos ? En Master 2 par exemple ?

 

Le Master que j'ai effectué était spécialisé en Innovation Technologique, donc très orienté gestion de projets innovants.

Cette formation était articulée autour de quatre options :

 

•          Information stratégique et Veille, orientée intelligence économique.

•          Projet Européen, orientée financement de projet.

•          Biotechnologies et développement durable, orientée projet agroalimentaire.

•          Réalité virtuelle, orientée développement et conception 3D.

 

Par conséquent, de par la nature très variée de ce Master, les parcours des étudiants de ma promotion l’étaient tout autant. J’ai côtoyé des étudiants ayant pour formation d’origine l’informatique, la mécanique, mais aussi des formations plus généralistes, voire même venant de licence de psycho.

 

 

- Lorsque tu as rencontré des recruteurs lors de tes recherches d'emploi ou lorsque tu as eu des échanges avec tes tuteurs en entreprise lors de tes stages, que t'ont-ils dit quant à tes choix d’orientation ?


La première chose que l’on a pu me dire au sujet de mon parcours est qu’il est surprenant. A plusieurs reprises on m'a également dit que ma candidature avait été retenue car mon profil prouvait que je pouvais m’adapter et que j'avais de bonnes connaissances techniques.

 

 

- Depuis que tu as fini tes études, quel métier exerces-tu ?

 

Aujourd’hui, je travaille au sein de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Deux-Sèvres en tant que Développeur de l’Innovation.

Dans le cadre de mes missions, j’accompagne, je conseille les artisans dans leurs projets de développement. Je leur apporte des réponses en matière de Propriétés Industrielles, de recherche de partenaires ou de financement pour leurs projets. J’effectue aussi des actions de sensibilisation et de formation à l’innovation et à la veille, pour faire émerger ou détecter des projets innovants dans l’artisanat.

 

 

- Et en conclusion, si tu devais donner un conseil à un jeune au sujet de son orientation, que lui dirais-tu ?

 

Un conseil que je pourrais donner en ce qui concerne l’orientation est d’être acteur de son projet, peu importe la voie que l’on choisit.

Le simple fait d’anticiper et d’identifier ses attentes peut permettre une meilleure orientation.

Un autre point important : alors que l’on parle beaucoup aujourd’hui de « crise » et de difficultés pour trouver un emploi, je pense que la voie de l’apprentissage est un bon moyen et même un tremplin pour trouver un emploi.

 

Et enfin, si un jeune est en rupture face au système scolaire classique, les filières professionnelle et technologiques peuvent être, comme cela l'a été pour moi, la solution pour se remettre sur les rails.

 

 

 

Propos recueillis par Pierre-Yves Martin