MÉTIER : PARQUEUR BALISEUR

Envoyer Imprimer
Index de l'article
MÉTIER : PARQUEUR BALISEUR
Témoignage d'Habib
Toutes les pages
Partager

 

 

 

LOGO_ARMEE_DE_TERRE

Fonction : opérations en milieu aéronautique

 

Secteur d’activité : militaire

 

Niveau d’études requis : pas de niveau scolaire exigé

 

Diplômes requis : CAP – BEP sont appréciés pour les métiers techniques

 

Expérience souhaitée : aucune

 

Salaire à l’embauche : 1200 € mensuels nets (plus prime d’engagement initial de 1000 €)

 

Nombre de postes proposés dans l’entreprise : non communiqué

 

Présentation du métier, les missions et activités :

 

Au sein de son équipe de protection balisage, le parqueur baliseur assure la reconnaissance et la protection du plot de stationnement, c'est-à-dire le parcage des aéronefs. Il est en mesure d’utiliser différents types d’armes et de participer à des opérations de récupération de pilotes dont la « machine » a été abattue. C’est une spécialité à caractère opérationnel.

 

Qualités humaines requises : discipline, réactivité, rigueur, esprit d’équipe, bonne condition physique.

 

Formation militaire :

 

La formation du parqueur baliseur se déroule en trois temps. D’abord une formation initiale comprenant un module général d’une durée de neuf semaines et un module spécialisé d’une durée de six semaines (FSI) qui lui permet de remplir des tâches d’exécution et d’être envoyé en OPEX ou en MCD. Ensuite, une formation de spécialité élémentaire, effectuée au centre de formation de Pau pendant quatre semaines, qui lui permet d’évoluer en grade. Et enfin une formation dite « de premier niveau » sera nécessaire pour accéder à des fonctions d’encadrement et, pour les meilleurs, au corps des sous-officiers.

 

Compétences acquises : Les compétences acquises dès la formation initiale permettent de capitaliser des savoir-faire et des savoir-être précieux pour envisager une reconversion dans le secteur civil. Tout engagé ayant au moins quatre ans de service peut en outre bénéficier de dispositifs d’aide à la reconversion.

 

 

 

Lire le témoignage d'Habib