MÉTIER : TECHNICIEN EN IDENTIFICATION CRIMINELLE

Envoyer Imprimer
Index de l'article
MÉTIER : TECHNICIEN EN IDENTIFICATION CRIMINELLE
Témoignage de Norbert Picard
Toutes les pages
Partager

 

 

 

Fonction : scientifique

MAJOR_NORBET_PICARD_GENDARMERIE

 

 

Secteur d’activité : gendarmerie

 

 

Niveau d’études requis : aucun mais il faut passer le concours (épreuves intellectuelles et physiques)

 

 

Diplômes requis : pas de diplôme obligatoire

 

 

Expérience souhaitée : Non obligatoire.

 

 

Salaire à l’embauche : 1350 € nets mensuels pour les élèves gendarmes, 1668 € nets mensuels après 3 ans de service

 

 

Présentation du métier, les missions et activités :

 

La gendarmerie compte environ 450 hommes et femmes techniciens en identification criminelle (TIC) chargés de pratiquer des opérations de police technique et scientifique en vue de la manifestation de la vérité dans le cadre des enquêtes judiciaires.

 

Ces techniciens servent au sein des brigades de recherches (BR) :

 

  • Organiser les constatations sur les lieux d’un crime ou d’un délit.
  • Rechercher les preuves matérielles au travers d’opérations techniques, notamment des prélèvements d’indices.
  • Renseigner les magistrats et les officiers et sous-officiers de gendarmerie qui dirigent les enquêtes judiciaires (appelés directeurs d’enquêtes).
  • Exploiter les résultats des analyses scientifiques réalisées par des laboratoires, notamment l’institut de recherche criminelle de la gendarmerie (IRCGN).

 

Les TIC sont formés au centre national de formation de police judiciaire (CNFPJ) de l’école de gendarmerie de Fontainebleau (77).

 

Les sous-officiers retenus suivent un stage de 6 semaines (cours théoriques et exercices d’application) dans les domaines suivants :

 

  • photographie et vidéo judiciaire
  • empreintes digitales
  • traces d’effraction et d’impression (traces de pas, de pneumatiques…)
  • enseignement scientifique : biologie, médecine légale, entomologie (étude des insectes), anthropologie

- balistique, explosifs, incendies

- faux documents.

 

Tous les sous-officiers TIC servant en brigade de recherches suivent un stage de consolidation d’une durée d’une semaine au CNFPJ, dans un délai de trois à cinq ans après le stage de formation initiale.

 

 

Qualités humaines requises :

 

Altruisme, abnégation, ouverture d’esprit, dynamisme, esprit d’équipe et solidarité, sens du devoir et de l’honneur, intégrité et exemplarité, disponibilité, rigueur, autonomie, pragmatisme.

 

 

Compétences requises :

 

Les TIC sont recrutés parmi les sous-officiers servant déjà en gendarmerie. Les candidats doivent :

 

- être volontaires pour cette technicité,

- présenter un réel intérêt pour la police judiciaire,

- être affectés ou en instance d’affectation dans une brigade de recherches,

- être susceptibles d’être maintenus dans la technicité pendant au moins cinq ans.

 

 

Environnement du poste :

 

Militaire, collectif, service public

 

 

Points forts : pas de routine, formation rémunérée, sécurité de l’emploi, logement de fonction concédé à titre gratuit, possibilité de mobilité dans les affectations, 9 semaines de permission auxquelles s’ajoutent 15 jours de permissions complémentaires, réduction de 75% sur les tarifs SNCF.

 

 

Points faibles :

On ne choisit pas son logement, une certaine promiscuité au quotidien lorsque l’on vit en caserne car comme dans la vie civile, on retrouve différentes personnalités au sein de la gendarmerie. Disponibilité géographique.

 

 

Possibilités d’évolution :

En fonction de ses aptitudes et des diplômes professionnels détenus, un gendarme TIC peut monter en grade et occuper différents postes à responsabilité. Lui sont également ouverts, à plusieurs étapes de sa carrière, les concours internes pour devenir officier de gendarmerie.

 

Lire le témoignage de Norbert Picard