Carrière : l'armée de terre recrute

Envoyer Imprimer
Index de l'article
Carrière : l'armée de terre recrute
Les métiers de l'armée de terre
Toutes les pages
Partager

 

 

« L’armée de terre recrute », vous avez certainement déjà entendu ce slogan quelque part.


 

COMMANDANT DESSERTENNE CIRFA NANTES

Pour la plupart d’entre nous cela évoque pas mal de préjugés et de clichés qui sont, il faut quand même le préciser, complètement anachroniques en 2010.

 

L’armée de terre avait déjà changé depuis la réforme de 1995 qui voulait que nous ayons en France des armées de métier, et elle a continué d’évoluer ces 3 dernières années avec des méthodes de recrutement et des moyens similaires à ceux déployés dans les grandes entreprises privées.

 

Tout d’abord il y a l’image : modernisée et véhiculée auprès des jeunes via des spots télévisuels chocs réalisés par de grandes agences de publicité parisiennes.

Il y a aussi les mini-sites internet spécialement conçus pour créer du buzz sur le net, un media particulièrement apprécié par les étudiants.

 

La communication c’est la partie visible de l’iceberg, car le plus intéressant se situe ailleurs : le recrutement se fait en fonction du corps (officier, sous-officier, militaire de rang) auquel le candidat souhaite appartenir, en fonction du métier auquel il aspire (une multitude de métiers sont proposés), en fonction de ses aptitudes (intellectuelles et physiques), et en fonction de la disponibilité de tel ou tel poste.

 

Globalement ce qu’il faut retenir, c’est que les parcours professionnels sont proposés le plus souvent possible « sur mesure ».

Le système d’évaluation de l’armée de terre fait que « ce sont des personnalités, de l’humain que l’on recherche » comme le précise le commandant Bruno Dessertenne, responsable du CIRFA de Nantes.

 

Nous avons voulu en savoir plus sur les besoins et les méthodes de recrutement de l’armée de terre à Nantes.

 

 

- Commandant, quels sont les volumes annuels de recrutement de l’armée de terre ?

 

- Nous recrutons 15 000 hommes et femmes chaque année, dont 500 officiers, 1200 sous-officiers et 13 300 engagés volontaires (militaires de rang).

Notre centre recrute aussi pour les pompiers de paris et la sécurité civile, mais cela est plus anecdotique.

 

 

- Et sur Nantes ?

 

- Nous avons signé 257 contrats en 2009 et nous pensons en signer un peu plus de 300 cette année. Je tiens quand même à préciser que si ces recrutements sont signés à Nantes, les postes correspondants sont à pourvoir un peu partout en France.

 

 

- 257 postes pourvus via le CIRFA de Nantes, est-ce beaucoup par rapport à d’autres régions ?

 

- Disons que la particularité Nantaise est que nous recrutons pas mal de cadres par rapport au volume global. Nous en avons recruté une quarantaine l’année dernière ce qui peut s’expliquer par le nombre élevé d’établissements d’études supérieures dans la région. Le profil des candidats de la Loire Atlantique est bon.

 

 

- Est-ce difficile de recruter à Nantes ? Que faites-vous pour y parvenir ?

 

- Nous devons davantage communiquer et expliquer nos métiers que dans l’est de la France par exemple. Ici la population est moins sensibilisée aux métiers de l’armée de terre car il n’y a pas de grosses garnisons comme cela peut-être le cas ailleurs. Nous ne faisons pas partie des gros employeurs de l’agglomération nantaise, les habitants ont donc moins le réflexe de penser à l’armée de terre en matière d’emploi.

 

 

- Alors justement, pour ceux qui voudraient vous rencontrer, où peuvent-ils vous trouver ?

 

- Au CIRFA naturellement, au 110 rue Gambetta derrière le musée des beaux arts à Nantes, mais nous allons déménager au premier semestre 2011 dans le quartier Richemont toujours à Nantes en vue de rejoindre nos collègues des autres armées et de créer un centre de recrutement et d’évaluation commun.

 

Sinon les candidats peuvent nous rencontrer sur les forums de recrutement, nous organisons aussi des cessions d’information avec le pôle emploi, la maison de l’emploi.

 

Nous avons aussi mis en place avec la mairie de Nantes et Nantes Métropole, le salon des uniformes qui s’est déroulé fin janvier.

Il s’agit d’un salon qui se déroule une année sur deux, et qui est commun avec l’armée de l’air, la marine nationale, la police nationale, la gendarmerie. Cela s’est particulièrement bien déroulé.

 

Par ailleurs nous sommes parfois présents dans les centres commerciaux de Nantes et Saint Nazaire.

Nous intervenons aussi dans les collèges et les lycées afin de présenter nos métiers.