Carrière : l'entreprise Bodet nous présente ses besoins de recrutement et ses métiers

Envoyer Imprimer
Index de l'article
Carrière : l'entreprise Bodet nous présente ses besoins de recrutement et ses métiers
Suite de l'article
Toutes les pages
Partager

 

 

Connaissez-vous le métier de campaniste ?

 

 

 

Usine_Bodet__Trmentines_04

Probablement pas, et pourtant cette profession reste d'actualité dans un pays comme la France où les églises font partie du paysage culturel.

 

 

Une entreprise experte

 

Ce métier, qui consiste à restaurer les cloches et les beffrois des clochers d’églises, est le métier historique du groupe BODET qui s’est récemment illustré avec la fabrication de 40 horloges en or pour la Mecque en Arabie Saoudite, un contrat à 150 millions d’euros.

 

 

 

D’autres entreprises attraperaient la grosse tête, ce n’est pas le cas de BODET qui reste avant tout « une entreprise familiale, toujours en pointe d’innovation » comme nous le rappelle Yohann Jobard, Responsable des Ressources Humaines.

 

L’entreprise BODET, créée en 1869 a toujours été attachée aux innovations et aux évolutions technologiques, c’est sans doute ce qui explique que de nos jours l’activité de l’entreprise s’est diversifiée autour de 4 métiers : le campanaire avec l’horlogerie d’édifices, l’affichage sportif et les contrôles des accès, l’affichage industriel et enfin les logiciels de gestion du temps et les badgeuses.

 

Le Groupe BODET, dont le siège est toujours situé à Trémentines près de Cholet dans le Maine et Loire, compte à ce jour 650 salariés et ses besoins de recrutement évoluent différemment suivant les quatre métiers que compte l’entreprise.

 

 

Les quatre métiers du temps

 

Pour son premier métier, celui de campanaire, BODET recherche actuellement 3 collaborateurs ayant un profil d’électromécanicien ou d’électrotechnicien (du BEP au BAC PRO).

L’emploi proposé comporte des déplacements afin d’effectuer la mise en place des éléments de fonctionnement des cloches et des cadrans d’édifice, ainsi que l’ensemble de l’électrification. « C’est un travail technique et physique mais surtout très varié » nous précise Yohann Jobard.

 

« Nous apprécions les personnes qui ont de l’attachement pour le patrimoine, ils ne doivent pas forcément être expérimentés, mais en revanche ils doivent être motivés par l’aspect restauration sous tous ces angles et par la mobilité ».

Pour plus d’informations les candidats peuvent aller sur ouestjob.fr où sont régulièrement diffusées les offres.

Le salaire comporte des primes fixes, variables ainsi que de l’intéressement et de la participation.

 

Lire la suite de l'article