CIO NANTES : rôle et missions d'un centre d'information et d'orientation

Envoyer Imprimer
Index de l'article
CIO NANTES : rôle et missions d'un centre d'information et d'orientation
Collégiens, lycéens, parents, adultes, étudiants : le public du CIO
Conseils du CIO de Nantes Nord
Toutes les pages
Partager

" Attention donc à ne pas faire ses choix sur un coup de tête,

n’importe comment… car de nos jours les jeunes veulent tout, tout de suite. "

 

 

 

cio_nantes_nordCette semaine l’équipe de biensorienter.com a voulu en savoir plus sur l’offre que propose le ministère de l’éducation nationale en matière d’orientation scolaire.

 

Il faut rappeler qu’avec près de 4500 conseillers d'orientation-psychologues et directeurs de centres d'information et d'orientation en France, les CIO proposent d’aider les jeunes et les étudiants qui cherchent à s’informer et s’orienter dans le cadre de leurs études.

 

C’est du moins la mission que leur prête la majorité des personnes à qui l’on parle des CIO.

 

Mais qu’en est-il vraiment ? Est-ce que leurs actions se limitent à cela ? N’accueillent-ils que des collégiens et des lycéens ?

Ont-ils une mission de service public plus large que celle que l’on suppose ?

 

Afin de mieux comprendre les actions d’un CIO, nous sommes allés rencontrer France Jeudy, directrice du CIO de Nantes Nord, elle répond à nos questions.

 

 

- Bonjour Madame Jeudy, quelles sont les missions d’un CIO ? Comment présenteriez-vous votre métier ?

 

Nous avons 3 missions principales :

 

  • l’information auprès du public, que cela soit pour les jeunes, en l’occurrence il s’agit des collégiens, des lycéens et des étudiants, mais aussi pour les adultes en ce qui concerne la formation continue
  • l’aide et le conseil en orientation auprès du public
  • et au sein des établissements scolaires, l’aide au conseil en orientation ainsi que l’aide à l’adaptation scolaire

 

 

- De qui dépendez-vous ? Comment êtes-vous structurés ?

 

Le CIO est rattaché au rectorat au même titre que les établissements scolaires (collège, lycée général et technologique, lycée professionnel) et sous la responsabilité de l’inspecteur d’académie.

 

 

- Au sein des établissements scolaires, que faites-vous exactement ?

 

Les COP, les conseillers d’orientation psychologues, ont pour mission d’aller dans les établissements scolaires qui font partie de leurs zones d’intervention. Ils peuvent ainsi travailler auprès des élèves et des équipes éducatives.

 

Dans ce cadre là, ils peuvent mettre en place plusieurs types d’actions au sein des établissements scolaires concernés :

 

  • monter des séances d’information, des ateliers et des travaux de groupe pour développer des connaissances et des compétences relatives à l’orientation, voir comment ils font leur travail personnel et ainsi les accompagner si cela s’avère nécessaire
  • identifier la difficulté de l’élève, faire un bilan avec lui, l’aider à parler de ses difficultés

 

Parfois il suffit de peu de choses pour déceler la source des problèmes rencontrés et j’ai d’ailleurs une anecdote qui me laisse un souvenir amusant à ce propos : j’avais suivi un jeune collégien qui avait des difficultés et qui m’affirmait qu’il faisait bien son travail.

Après avoir creusé la question je me suis rendue compte que bien faire son travail, c’était préparer son cartable pour le lendemain…

 

En fin de compte on peut dire que notre travail est complémentaire à celui des enseignants : grâce à notre expertise de la psychologie nous intervenons en soutien de leur travail.

Par exemple, nous essayons d’éviter qu’il y ait de trop grandes disparités entre les établissements scolaires : des statistiques et des indicateurs de pilotage sont ainsi créés. Cela permet aux établissements scolaires de rester en adéquation avec les usages des autres établissements, cela peut être utile pour la question des taux de redoublements par exemple.

A ce propos, je pense qu'il faudrait qu'il y ait France une véritable réflexion à ce sujet, notamment sur le décrochage scolaire et les « non-passages » en classes supérieures car le redoublement est un phénomène franco-français qui n’a pas fait complètement ses preuves.

 

 

- Traitez-vous d'autres sujets à travers vos actions ?

 

Oui, une autre de nos missions est de monter des actions en fonction des priorités et des objectifs qui sont fixés.

Cela se situe en dehors des établissements scolaires, au sein des CIO. Les sujets abordés sont différents mais cela peut être la lutte contre le décrochage scolaire par exemple.

 

Enfin, notons qu’en matière d’orientation, nous passons aussi du temps à faire ce que nous appelons « l’éducation à l’orientation » : nous faisons en sorte que le vocabulaire de base lié à l’orientation soit acquis. C’est important si nous voulons pouvoir communiquer clairement avec les jeunes…

Autrement dit, nous essayons de rendre accessible les questions d’orientation auprès des jeunes car il faut être plus pragmatique, moins conceptuel.

 

En France, le système éducatif fait que beaucoup de choses passent par la conceptualisation, nous essayons donc d’être davantage compréhensibles par notre public...

Je vous donne un exemple : si vous parlez de physique appliquée à un jeune, il ne va pas voir de quoi il s’agit.

En revanche si vous lui expliquez que lorsqu'il rentre dans un magasin et que les portes s’ouvrent toutes seules c’est grâce à des capteurs optiques, que cela a été conçu grâce à de la physique appliquée, il va comprendre à quoi correspond tel ou tel métier, telle ou telle formation.

 

Lire la suite : à qui s'adresse le CIO de Nantes Nord